Envisager la rencontre comme forme artistique, c'est décider que l'on invente à partir de ce qui est là présent. 

C'est accepter de faire le vide pour accueillir ce qui émerge ; oser prendre des risques, aller se frotter à l'Inconnu, se laisser déborder par ses incompétences.

C'est la joie et le trouble d’explorer, d’inventer et de construire avec « l’Autre », cela a donné lieu au développement de projets tels que : Y’a comme un Mammouth sous le gravier, Le Mammouth dans le cartable, Processus Vital, J’habite l’entre deux où se mêlent et se croisent les approches, les pratiques et les démarches de musiciens, herbaliste, ingénieur du son, danseuses, acousmate, paléoanthropologue, conteuse, animateur nature, photographe.

A plusieurs, on fait un